Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Hervé Gloux 1930 - 2011


aquarelles


  • acryliques


  • eclates


    gouaches


    livres


    dessins ŕ la plume



    divers


    portraits

    Peintre, aquarelliste, dessinateur,
    Hervé Gloux, aujourd'hui décédé, est l’auteur d’une importante production picturale. Installé dans son nouvel atelier du Passage-Lanriec, c’est une véritable fringale de produire qui le mène, comme s’il voulait rattraper le temps perdu. Une course contre la montre pour ne pas oublier son passé, notre passé. Son souci majeur, raconter ce dont il a été témoin avec le maximum de réalisme, jusqu’au perfectionnisme dans le souci du détail. Les conseils de ses amis sont les bienvenus. Le recours aux archives ou aux documents photographiques lui permet d’être au plus près de la vérité. Avec une extraordinaire mémoire visuelle et un sens inné de la perspective, il met en scène ses souvenirs lointains ou proches. Alors naissent et renaissent grandes goélettes et remorqueurs, chalutiers et thoniers. Il raconte en image, comme une bande dessinée, le spectacle du débarquemnt du poisson offert à tous, l’une des attractions majeures de notre cité dans les années quatre vingts. A minuit, les dockers, hommes et femmes, affrontent une nuit de labeur intense, chacun à son poste, déchargement, triage dans la glace pour les femmes sous la criée, dans un désordre parfaitement règlé qu’Hervé Gloux fait revivre en aquarelles.
    L’ancien élève des Beaux-Arts, doué en dessin, a aussi multiplié plans et planches reproduits à des centaines d’exemplaires. Il est l’auteur de nombreuses affiches. Quelques expositions personnelles l’on fait également connaître auprès des amateurs de marines. Participations aux Salons de la Marine depuis 1952, Expositions personnelles à Sydney en 1963, à Nouméa en 1969, à Auckland en Nouvelle-Zélande en 1971, à la base sous-marine de Lorient en 1977, à Nevez, chapelle Sainte Barbe en 1977, à la galerie Gloux en 1988, à Audierne en 1998, à Concarneau au Musée de la Pêche en 1994, à Rochefort-en-Terre en 1998, au Musée de La marine de la?Rochelle en 1996.

    1975, le musée de la pêche
    « Au décès de Charles Viaud, le conservateur du musée, M. Feunteun, propriétaire du Grand Hôtel, me contacte pour un dépannage, le temps d’une saison… ». La saison durera vingt belles années pour offrir à Concarneau, sans subvention, souligne-t-il, un musée digne de ce nom. « Avec Roger Le Gall, le factotum du bâtiment, nous avons commencé par dégager les détritus dans la cour de l’ancienne coopérative… » Débute alors la construction d’un musée véritable. « De nombreuses maquettes ont été assemblées avec mon épouse le soir et les week ends à Trégunc” . Durant son mandat, il ajoute des ailes aux bâtiments selon ses plans “cadeaux pour la mairie propriétaire des lieux” dit-il. Et surtout il ouvre le musée à l’année, “cela nous a permis de recevoir 70 000 visiteurs la première année, puis 100 000 avec un record de 114 000 personnes ! J’ai vu recevoir jusqu’à 2200 personnes dans la journée, 12 000 par semaine ! Avec Joël Barzic, ébéniste que j’ai recruté, notre but a toujours été de montrer. Avec ce pôle d’attraction, les gens sont revenus".
    Le musée de la pêche de Concarneau est alors reconnu ; Des livres et revues internationales mettent en valeur son originalité ; Hervé Gloux devient membre du conseil d’administration de « l’International congress of Maritim Museum » " Ma référence a toujours été Duhamel de Monceau, un encyclopédiste, auteur du musée et de l’hôpital maritime de Brest. Un exemplaire original de son « Traité général des pêches », ainsi que de nombreux autres ouvrages, dont quelque 200 exemplaires des annales des évènements maritimes au 19ième siècle, appartiennent aux collections du musée de Concarneau.
    Durant cette longue période Hervé, Gloux, architecte naval, conçoit de nouveaux chalutiers dont le Lioran et le Croix Morand, expose régulièrement au Musée de la Marine, obtient des prix de l’Académie de la Marine pour ses publications. Avec cette activité toujours aussi débordante, ses cartons pleins de projets, d’aquarelles et de gouaches, Hervé Gloux, sans sa pipe, mais, avec la même gentillesse, poursuivait aussi un autre combat. A noter encore que le concarnois, marin des mers du sud, aura mis en chantier pas moins de 6 bateaux de l'Orque un cotre de 9,15 au Gwalarn en ferro ciment pour satisfaire sa passion pour la navigation. Yvon Le Floc'h Ouest-France 6 novembre 2001

    Portrait de l'auteur des DVD

    Haut de page
    Haut de page