Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Emmi Leuze-Hirschfeld 1884-1976


Le marché


Chapelle de la Croix


La demi-lune


Sur le quai


Locronan


Marrakech


Jeune fille


Jeune marocaine

Emmi Leuze-Hirschfeld, de Vienne à Concarneau

 Emmy Leuze est née à Vienne en 1884. Ell y fréquente l'Ecole des Arts et Métiers.Elle voue une grande admiration pour professeur Wilheim Ktause (1830-1866). Son intention était d'aller en Siciie mais un ami lui conseille de venir à Concarneau. Elle figure au Salon de Paris où elle obtient une médaille en 1909. Naturalisée Française elle arrive à Concarneau en 1906 et descend à l'Hôtel de France."Nous sommes arrivés le 4 fevrier à Concarneau, raconte t'elle, nous avons été emballés. En 1912 la ville était envahie par les peintres étrangers souvent accompagnés de leurs élèves...Le prix de pension chez M. Et Mme Le Bris à l'Hôtel de France était de 100F par mois. Les peintres n'étaient pas de très bons payeurs, ils payaient en fonction de leurs ventes". Dans un enregistrement réalisé par Madame Thomson en 1962 elle évoque ses rencontres avec les nombreux peintres fréquentant la ville: Bulfield, O'Kelly, Bowen, Leech, Meynard, Miss Mac Cosslan, Miss Silly, Harrison, Milner Kite, Fromuth, Hirschfeld et Thompson, à l'Hôtel de France et à l'Hôtel des Voyageurs pour les américains plus aisés . elle épouse Emile Hirschfeld et se fixe à Concarneau. Leur résidence de Ker Loar est proche de celle de Fernand Le Gout Gérard. Emmi rencontrera le jeune Toiray venu sur les conseils de son mari se reposer à Concarneau. Très riche, il possède de nombreux immeubles rue des Haudriettes à Paris. Il fera construire sa résidence" les Haudriettes" et exercera les fonctions de maire de la ville de 1919 à 1935. Au décès de son mari en 1922, Emmi Leuze Hirschfeld part seule "à la conquête du monde".Elle visitera successivement le Maroc où elle rencontre le jeune Jean Deyrolle, la Tunisie puis ce sera Tahiti et l'Espagne. En Bretagne elle choisit Saint Guénolé, l'Ile de Sein. En 1969, à 84 ans, La voilà à Capetown et au Mozambique. Son œuvre très colorée et "enlevée" reste très inégale. Elle présente une personnalité heureuse et lumineuse.Dans ses " Médaillons d'Artistes" le photographe-journaliste Giffard insiste sur "son exécution à la fois virile et sincère, que l'on sent peint dans l'allégresse de l'esprit.Quell peigne à Kairouan en TunisieBousaada, gardaïa sur les confits du désert algérien, Marrakech au Maroc, Mme Leuze Hirschfeld observe la nature avec intelligence et affection; elle note avec justesse les jeux subtils de la lumière, la féérie des rayons du soleil, la transparence et la légèreté des ombres africaines. C'est l'Espagne qui la vit en dernier lieu".

 

Portrait d'Emma par son époux, Emil Benedithoff Hirschfeld

 

Portrait d'Emma par Sydney Lough Thompson en 1917

 

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page