Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Fernand Le Gout-Gérard 1854-1924


Le marché à Concarneau


Les quais


Thoniers et sardiniers


divers


Thoniers, soleil coucnant


Les marchés ailleurs


Lithographies, croquis


Le peintre à son chevalet

Un peintre au talent très apprécié.

Fernand Le Gout-Gérard est l'un de ces nombreux peintres à l'affût d'images pittoresques en abondance dans la cité concarnoise au début du 20ème siècle. Normand de naissance, Il est le fils d'un fondé de pouvoir de la Trésorerie générale de la Manche. Fernand, fonctionnaire dans l'administration du Trésor à son tour, renonçe à faire carrière pour se consacrer à la peinture à l'âge de 33 ans.

Il se mêlait volontiers à l'animation locale, croquant les bretonnes en costume et brossant sur le motif de très nombreuses toiles. Il fut aussi l'ardent défenseur des remparts de la Ville Close menacés d'être mise à bas. Il présida le Comité de la fête des Filets bleus, fête de solidarité avec les pêcheurs dans la misère.

Bourgeois de bonne condition, il représente le type même de ces artistes en prise directe avec le petit peuple qui l'inspire dans son cadre de vie et dans ses moeurs. Dans ses peintures et aquatintes, traditionnelles, Fernand le Gout-Gérard a rassemblé avec un très grand talent tout ce qu'il fallait pour plaire : femmes et enfants attendant le retour des pêcheurs sur fond de coucher de soleil dans la baie, filets, voiliers, et foules animées sur fond de remparts ou de chaumière. En 1903, il avait acheté la villa Ker Moor. De son vaste atelier il dominait une baie tant admirée par des cohortes d'artistes. Ses oeuvres, savamment réalisées, ont acquis avec le temps le charme de ces images populaires chargées de toute l'affectivité d'une communauté. C'est sans doute ce qui en fait un vrai succès comme en témoignent les cours de l'un des peintres les plus appréciés par les amateurs. Outre la Normandie, Fernand Le Gout-Gérard a peint en d'autres lieux, à Paris où il résidait en hiver, en Italie et surtout à Venise, en Grèce, en Afrique du Nord : Tunisie, Algérie, Maroc. Il est l'une des références de la peinture concarnoise et le peintre le plus cher...

 


vient de paraître à l'occasion de l'exposition de l'été 2010 au musée du Faouët,
seul ouvrage sur la vie et l'ouvre de ce peintre,"coqueluche des ventes publiques de peinture bretonne".

 

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page