br />
Page précédente
Retour

Larome

Larome-Piriou dit Fen lair, le coiffeur perruquier devenu artiste peintre, aura marqué l'histoire des peintres de la Ville Close à sa manière. (Merci aux connaisseurs de m'envoyer quelques témoignages et documents)
Léon Piriou, personnage excentrique, s'il ne fut qu'un piètre peintre amateur, a su cultiver l'art de la mise en scène face au développement touristique dans les années d'après guerre, tout en gérant habilement toutes les facettes de son entreprise, brocanteur. taxidermiste, et métiers du bois en relation avec François son frère sculpteur.. En témoignent ci-dessous quelques photos présentant une Ville Close d'hier, époque où les mobiliers de nos grands mères séduisaient de nombreux visiteurs. Avec Léon Piriou, la Ville Close avait pris sa vitesse de croisère d'été, loin de la réalité du village de pêcheurs intra muros qui avait longtemps attirée peintres et photographes pendant de nombreuses années. A l'évocation de Fend l'air, décédé en 1961, les vieux concarnois ébauchent volontiers un sourire de connivence. Figure de la Ville Close, il fut un précurseur de son développement commercial entre les deux guerres er au delà. Ses trois enfants, François, Léon et Maria ont assuré sa succession avec succès.


La fontaine avant son déplacement en Ville Close


Le quai de La Croix
"Assurément un artiste peu conformiste, écrit René Klein dans un article non daté du Télégramme, et, qui peint comme seul Larome sait le faire. Naïve, méticuleuse, sa peinture garde toujours une écriture sensible. René Klein évoque également l'ancien prieuré de la Ville Close, le presbytère où il avait installé un atelier dépôt " ce que je vis, ce n'est pas un atelier, c'est un grenier, mais un grenier fantastique, fabuleux. Il y régnait une odeur de bois brûlé. Je vis qu'il y avait là, réunies dans un même lieu, trois demeures distinctes : celle d'un peintre, celle d'un couple de paysans bretons, celle d'un curé de campagne... vieux saints, rongés par les vers, mutilés, décapités même, ... au fond, près de la fenêtre, les chevalets, les tableaux, les tubes de peinture, les vieux pinceaux, secs aux poils collés, c'est l'atelier du peintre ..."
" Peintre et philosophe. Devant une boisson délicieuse de sa préparation, Larome évoqua ses débuts dans la vie, ses idées... Après avoir été très peu de temps marin-pêcheur il se lança dans le commerce en vendant de la pommade pour faire pousser les cheveux... mais, épris de beauté, il préféra poursuivre ses activités commerciales dans l'exercice de la profession d'antiquaire qu'il mena de pair avec celle de naturaliste. Malgré le charme de ces deux professions, il ne pu se satisfaire pleinement qu'en s'adonnant à la peinture
. ... Larome vit dans un univers qui n'est pas celui de notre siècle à son avis matérialiste et cruel. Dans sa tour d'ivoire, ce vieillard est un pur. Athée, son dieu est Eros !"


Léon Piriou et ses deux enfants



souvenir du passage du cirqur Radio de Paris, Sept 33